Paradis, envers du décor

Mayotte, territoire français dans l’océan indien, 101ème département de la République.

mayotte

Une barrière de corail, un lagon bleu turquoise, des eaux chaudes qui abritent des baleines, des oiseaux multicolores et des jardins aux mille parfums.

33203287

Un bout du monde exotique qui fait rêver ?

Certes, mais il y a aussi l’envers du décor, celui que révèle le dernier roman de Natacha Appanah : Tropique de la violence.

natacha_appanah

C’est à « Gaza », un quartier bidonville de Mayotte qui existe réellement, que nous emmène la romancière.  Là, dans ce ghetto-dépotoir survivent des clandestins.

Comoriens ou africains sans papiers, ils sont arrivés sur ce petit bout de terre français à bord de kwassa-kwassas, des barques traditionnelles qui chavirent dès que la mer est mauvaise.  Beaucoup vont mourir dans les eaux bleues du lagon : en 20 ans, environ
12 000 personnes auraient péri dans ce « canal de la mort » entre Anjouan (île des Comores) et Mayotte.

le-kwassa-kwassaoi-mayotte-reunion

Parmi ces parias, beaucoup d’adolescents. Ils se retrouvent seuls, survivent en gangs ultra violents, vendent de la drogue, volent et violent.

Natacha Appanah donne la parole à deux de ces gamins perdus.
Bruce, le caïd du ghetto, et Moïse, l’enfant aux yeux vairons adopté par une blanche, sont les deux faces tragiques d’une même histoire faite de violences et de superstitions.

L’écriture est somptueuse, elle oscille  entre brutalité et humanité, entre poésie et réalisme le plus cru.  Elle dit aussi bien la richesse luxuriante de ce jardin d’Eden, les senteurs enivrantes, les couleurs explosives, que la violence, la crasse, la déchéance des hommes condamnés à l’exil, le sort dramatique des enfants oubliés par la République française.

On ne sort pas indemne de cette lecture. Jusqu’à la dernière ligne, jusqu’au dernier mot, le destin de ces gamins est bouleversant et vous vrille le cœur.

Ce très beau roman fait partie de la rentrée littéraire 2016, on lui souhaite de trouver son public, d’enclencher une prise de conscience, et, pourquoi pas, de monter sur la plus haute marche des prix littéraires cet automne.

Publicités
Cet article, publié dans Coup de coeur, Roman adulte, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Paradis, envers du décor

  1. Ping : Citoyens solidaires de Briançon | Blog de la bibliothèque municipale de Briançon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s