Le fonds ancien libère ses secrets

La bibliothèque de Briançon cache des trésors dans ses réserves.
Des livres édités il y a 200, 300, voire 400 ans.

Les papiers sont encore incroyablement blancs. Les couvertures, de cuir ou de parchemin, sont souvent intactes. Les annotations manuscrites des anciens propriétaires rappellent que ces ouvrages, qui aujourd’hui dorment sur les rayons de la bibliothèque, ont eu une vie et un rôle.  Les feuilleter c’est faire un bond dans le temps et toucher au plus près les pensées des hommes d’autrefois.

Un livre aurait pu passer complètement inaperçu tant son aspect extérieur semble insignifiant.  Le format est petit, la reliure bleue, mi cuir-mi papier, est fatiguée.

img_20170218_143704img_20170218_143729img_20170218_143849

Son titre : la chirurgie française
Sa date d’édition nous propulse des siècles en arrière : 1569.

Nous sommes en pleines guerres de religion, 3 ans avant la Saint Barthélémy, Charles IX, fils de Catherine de Médicis est roi de France. Ronsard est considéré comme
le « prince des poètes »et Montaigne va bientôt écrire ses essais.

Tenir dans ses mains ce petit ouvrage qui a traversé le temps semblerait presque magique !
Sans le savoir des imprimeurs du 16ème siècle nous ne pourrions connaître aujourd’hui les détails de la chirurgie de l’époque.

Largement illustré de planches toutes plus fascinantes les unes que les autres (crochets pour extraire la pierre aux petits enfants ; compas pour couper l’os du crâne) l’ouvrage  est  écrit par un médecin et naturaliste lyonnais : Jacques Dalechamps.

02174aba005b71_2

Afin de lutter contre les erreurs médicales et dans un contexte d’épidémies fréquentes l’auteur rédige un traité à destination des barbiers, chirurgiens, apothicaires et
sages-femmes.
Il y est question de jambes de bois pour les pauvres, de manières de choisir les sansues bonnes aux opérations ou d’inciser la peau de la tête, de trépanations ou de scarification du prépuce.

Un véritable petit musée des horreurs qui est aussi et bien sûr une somme historique et un précieux témoignage scientifique, que vous pouvez découvrir ICI en totalité car le livre a été numérisé par la Bibliothèque Inter Universitaire Santé à Paris.

Publicités
Cet article, publié dans Ressources en ligne, Vie de la bibliothèque, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s